LES ASTRONEWS.de planetastronomy.com:

Mise à jour : 27 Novembre 2004

 

Astronews précédentes : ICI                            

ARCHIVES DES ASTRONEWS

 

Sommaire de ce numéro :

 

qRappel : la plupart des compte rendus des conférences des Rencontres du Ciel et de l'Espace (RCE) de la Villette 2004 sont disponibles en cliquant sur les images des divers conférenciers.

qCommission de cosmologie de la SAF : conférence de Jean Claude Pecker qui nous explique ses vues sur la cosmologie. Rapport de cette conférence.

qSMART 1 : l'Europe se met en orbite lunaire.

qVous montez? : L'ascenseur spatial n'est pas une blague.

qCassini Saturne :. Titan Téthys et Dioné.

qMercure : notre Messager est bien en route!

qLes rovers martiens : Rétrospective.

qMars Express : Le cratère Hale

qUn site extra pour la 3D

qTerre : Atacama vu de l'espace.

qProxima : une naine rouge qui a du caractère!

qDes livres magazines et DVD :.Tous sur orbite en DVD.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

SMART 1 : L'EUROPE SE MET EN ORBITE LUNAIRE

(Photo et dessin ESA)

 

L'ESA publie ces jours ci, avec raison, un communiqué victorieux :

 

La sonde SMART-1 de l’Agence spatiale européenne (ESA) décrit avec succès sa première orbite autour de la Lune – une étape importante est franchie pour cette première mission du programme SMART (petites missions de recherche sur des technologies de pointe).


Pendant le voyage Terre-Lune, les nouvelles technologies embarquées à bord de la sonde ont donné lieu à toute une série d’essais tandis que les scientifiques s’employaient à préparer les observations à venir. Ces technologies doivent ouvrir la voie à de futures missions planétaires.  
Le 15 novembre 2004 à 18h48 (heure de Paris), SMART-1 a atteint son premier périlune – distance la plus proche de la surface lunaire – à une altitude d’environ 5000 kilomètres. Le système de propulsion hélioélectrique, ou « moteur ionique », mis en route quelques heures plus tôt, à 6h24 (heure de Paris), délivre maintenant une poussée en vue de réaliser la délicate manœuvre qui stabilisera la sonde sur son orbite autour de la Lune.

 

Pendant cette phase cruciale, le moteur fonctionnera quasiment sans interruption quatre jours durant, puis fera l’objet d’une série de rallumages de courte durée qui permettront à la sonde de gagner son orbite finale en décrivant des boucles de plus en plus resserrées autour du corps sélène. Vers la mi-janvier 2005, SMART-1 évoluera sur orbite lunaire à des altitudes comprises entre 300 kilomètres (au-dessus du pôle sud) et 3000 kilomètres (au-dessus du pôle nord), pour entamer ses observations scientifiques.

 

 

 

 

Le principal objectif de la première phase de la mission SMART-1, qui s’achève avec l’arrivée de la sonde dans le voisinage de la Lune, était de démontrer de nouvelles techniques destinées aux véhicules spatiaux. Des essais concluants ont notamment été réalisés sur le système de propulsion hélioélectrique alors que la sonde décrivait une longue trajectoire en spirale de plus de 84 millions de kilomètres – distance comparable à celle d’une mission interplanétaire - entre la Terre et la Lune. C’est la première fois qu’un véhicule spatial à propulsion électrique effectue des manœuvres d’assistance gravitationnelle en exploitant l’attraction exercée par le corps lunaire. La réussite de cet essai revêt une grande importance pour les futures missions interplanétaires appelées à utiliser des moteurs ioniques.

 

Les activités de démonstration ont également porté sur des techniques nouvelles conçues pour des systèmes de navigation autonomes. L’expérience OBAN a consisté à tester sur des ordinateurs au sol un logiciel de navigation permettant de déterminer la position et la vitesse exactes du satellite en utilisant, à titre de référence, des images d’objets célestes prises par la caméra AMIE embarquée sur SMART-1. Lorsqu’elle sera appliquée à de futures missions, la technique démontrée dans le cadre de l’expérience OBAN permettra aux véhicules spatiaux de calculer par eux-mêmes leur position et leur vitesse de déplacement dans l’espace, limitant ainsi les interventions des équipes de contrôle au sol.

 

Avec les expériences KaTE et RSIS, l’équipe SMART-1 s’est également livrée à des essais de communication dans l’espace lointain, dont l’objectif était de tester des transmissions radio à des fréquences beaucoup plus élevées que les fréquences radio traditionnelles. Ce type de transmission permettra aux futurs satellites d’envoyer des volumes toujours plus importants de données scientifiques. L’expérience de liaison laser avait, quant à elle, pour objectif d’examiner s’il est possible de pointer un faisceau laser depuis la Terre sur une sonde parcourant des distances analogues à celles d’un voyage dans l’espace lointain, et de répondre ainsi aux besoins de télécommunication des futures missions.

 

Au cours de la phase de croisière et pour se préparer à l’observation scientifique de la Lune, l’équipe SMART-1 a réalisé des essais préliminaires sur quatre instruments miniaturisés utilisés pour la première fois dans l’espace : la caméra AMIE, qui a déjà pris depuis l’espace des images de la Terre, de la Lune et de deux éclipses lunaires totales, les instruments D-CIXS et XSM fonctionnant dans le rayonnement X, ainsi que le spectromètre SIR travaillant dans l’infrarouge.

Au total, SMART-1 a accompli 332 orbites autour de la Terre. Son moteur a été allumé 289 fois au cours de la phase de croisière et totalise environ 3700 heures de fonctionnement. Ce moteur, qui n’a consommé que 59 kilogrammes de xénon sur les 82 kilogrammes embarqués, s’est très bien comporté, permettant à la sonde d’atteindre la Lune deux mois plus tôt que prévu.

Compte tenu des réserves d’ergols encore disponibles, les responsables de la mission ont décidé de réduire de manière significative l’altitude de l’orbite que la sonde décrira à terme autour de la Lune. En se rapprochant ainsi de la surface lunaire, SMART-1 occupera une position plus propice aux observations scientifiques qui démarreront en janvier 2005. Ce supplément d’ergols sera également mis à profit pour remettre la sonde sur une orbite stable au bout de six mois de navigation circumlunaire, en juin 2005, en cas de prolongation des activités scientifiques.

 

 

SMART doit aussi cartographier la Lune au point de vue composition chimique, et ceci avec une précision jamais atteinte. De même des photos seront prises sous des angles différents afin de mettre au point une carte 3D de la Lune. Comme son orbite sera polaire, SMART va étudier plus particulièrement les pôles de notre satellite, régions peu connues et peu imagées. N'oublions pas Clementine, qui avait détecté de la glace d'eau au fond de certains cratères polaires (bassin Aitken au pôle Sud), la sonde suivante Lunar Prospector en s'écrasant au fond d'un cratère n'a malheureusement pas détecté 'eau.

On passe la balle à SMART, maintenant c'est à elle de jouer, notre nouvelle sonde doit confirmer tout cela.

 

N'oublions pas non plus le grand ancêtre des arpenteurs de Lune; toute la série des Lunar Orbiter de l'époque Apollo, on peut consulter toutes les photos prises par ce satellite sur son site, c'est un grand atlas photographique (digital) de toute la lune et l'on peut choisir les endroits désirés. C'est à voir absolument par tous les Sélènes.

 

Nous attendons avec impatience les premiers résultats de notre vaillante sonde lunaire.

 

 

 

 

 

chickens_up.gif

 

 

VOUS MONTEZ? L'ASCENSEUR SPATIAL C'EST DU SÉRIEUX.

 

L’ascenseur de l’espace (Space elevator) n’est plus un rêve (Arthur C Clarke l'a évoqué dans ses romans), la NASA pourrait le construire.

•Le principe en est simple

•Un câble (20t) tendu de plus de 50000km de long approx qui tient par un contrepoids grâce à la force centrifuge et à la gravitation (équilibre)

•Une cabine grimpe le long du câble pour atteindre son orbite

•Un des nombreux problèmes : la solidité du fil, solution : les nanotubes

Ce sont des structures composites de carbone  qui possèdent des caractéristiques incroyables

•Elles sont 100 fois plus résistantes que l’acier pour un cinquième du poids

•Découvert la première fois par des Japonais de NEC

•La station terrestre devrait être ancrée à l’Équateur dans le pacifique (un cube de 50kmx50kmx50km?)

•Câble de 20 tonnes

•Cela prendra 7 jours pour monter à 36000km

•Opérationnel dans la prochaine décennie

•Coût approx : 10 Milliards de $

 

Tout cela c'est sur notre Terre.

 

 

 

Une idée liée à cet ascenseur a germé dans la tête de nos ingénieurs américains (notamment un certain Jerome Pearson), pourquoi ne pas utiliser ce concept pour faire la même chose mais ………….à partir de la Lune!!!!

 

 

 

 

 

En effet la force de gravité est 1/6 de celle sur Terre et les contraintes mécaniques sur les câbles décrits précédemment sont plus faibles. Les forces mises en jeu étant plus faibles, on ne serait pas obligé d'utiliser ces fameux nanotubes mais des matériaux plus conventionnels comme le Kevlar.

 

 

 

 

 

 

 

Par contre on ne peut pas définir une orbite géostationnaire facilement à partir de la Lune, mais on connaît des points où l'on peut stocker une petite masse de telle façon qu'elle soit en équilibre entre la Terre et la Lune. Vous voyez? Oui bien sûr, les fameux points de Lagrange, qui sont au nombre de 5. le point L1 (ou L2) est situé à 58.000km de la surface lunaire et pourrait convenir parfaitement. C'est un point instable et c'est là son avantage : en effet tout ce qui est déplacé vers la Lune est irrémédiablement attirée par elle.

 

Notre sympathique ingénieur Pearson, est en train de proposer à la NASA de lancer un satellite vers L1 afin d'y laisser se dérouler un long câble vers la surface lunaire (il y est attiré naturellement), il faudrait ensuite (qui??) l'encrer à la surface lunaire et il resterait ainsi tendu.

 

La question est maintenant , que faire avec cet ascenseur spatial lunaire?????

 

Les réponses ne fusent pas encore!

Néanmoins la NASA lui a déjà accordé une subvention de 75.000$, il faut encourager les idées nouvelles même (surtout?) si elles semblent farfelues.

 

L'imagination au pouvoir comme on disait en '68.

 

Il faut quand même voir l'animation de cet ascenseur spatial terrestre c'est bien fait.

 

Tous les détails sur ce site et un article de base sur cette technique chez Wikipedia.

 

 

 

chickens_up.gif

 

 

 

 

 

 

 

 

CASSINI SATURNE : TITAN TÉTHYS ET DIONE

(Photos NASA/JPL)

 

Nos amis du JPL viennent de mettre sur le Net une superbe vue du globe de Titan qui est la plus détaillée jusqu'à présent. Elle a été constituée à l'aide d'une mosaïque d'images après le survol du 26 Octobre 2004.

 

Les contrastes ont été améliorés (on s'est affranchit de l'atmosphère) et le Soleil était derrière Cassini au moment où on a prit ces photos.

La région la plus brillante à droite au niveau de l'équateur s'appelle Xanadu (d'après le nom d'une capitale de l'Empire Mongol). La brillance extrême n'est pas encore expliquée.

On remarque aussi les nuages blancs de méthane du pôle Sud.

 

 

Après le passage de Titan , Cassini se consacre maintenant aux autres lunes de Saturne, dont Téthys qu'il a pris en couleur.

Cette lune fait un peu plus de 1000km de diamètre et est passablement sans grosse disparité de relief et de couleur.

Le sol est saturé de cratères signalant ainsi une surface très ancienne, ce satellite de densité voisine de 1 est très certainement constitué de glace d'eau.

On aura plus de détails lors du survol en rase motte par Cassini en Septembre 2005.

Image prise le 28 Octobre 2004 d'une distance de 255.000km.

 

En fait l'image la plus impressionnante est la suivante, où l'on voit Téthys sous Saturne.

 

On aperçoit aussi clairement les volutes et les nuages de gaz de la planète géante.

 

Image prise avec la NAC le 18 Octobre 2004 de près de 4 millions de km de distance.

Elle est prise dans l'infra rouge (619nm).

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Puis Cassini s'est tourné vers Dioné, (1100km de diamètre) photo prise le 27 Octobre 2004.

On aura encore plus de détails lors du passage de Décembre, néanmoins, on voit plus de détails qu'avec les sondes Voyager.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Comme d'habitude, vous trouverez toutes les dernières images de Cassini au JPL:

 

 

 

chickens_up.gif

 

 

MERCURE : NOTRE MESSAGER EST BIEN EN ROUTE;

 

La sonde Messenger vers Mercure (voir Astronews précédent) a fini sa dernière correction de trajectoire le 18 Novembre 2004 qui devrait l'emmener vers la Terre (pour un coup de pouce gravitationnel) au mois d'Août.

 

Messenger est maintenant à près de 40 millions de km de nous et en bonne forme. Son bouclier thermique est parfaitement orienté et protège les équipements délicats.

 

Les mystères de Mercure restent à découvrir. Et surtout son extrême densité qui tend à faire penser que les 2/3 de cette planète serait en fer métal.

 

Peut être que Mercure était comme la Terre et que au cours du temps sa couche rocheuse s'est "évaporée"?

 

De plus on pense qu'il peut y avoir de la glace dans le fond des cratères polaires de Mercure , en effet cette planète est pour ainsi dire pas inclinée sur son orbite, si bien que les pôles ne reçoivent pas de lumière du soleil, ils pourraient conserver de la glace apportée par les comètes.

 

 

 

 

Voir cette photo radar du pôle Nord de Mercure.

 

C'est une photo prise par le radar d'Arecibo à Porto Rico.

 

Vous pouvez avoir plus de détails sur Arecibo en allant sur leur site puis en allant voir les photos radar faites par ce radar.

 

Bref il y a de nombreuses questions qui demandent réponses dans cette mission vers Mercure.

 

 

 

 

 

 

 

chickens_up.gif

 

 

 

 

 

LES ROVERS MARTIENS : RÉTROSPECTIVE

(Photos NASA/JPL)

 

Cela fait un bon moment maintenant que nos robots martiens sont à la surface de Mars, et il est temps d'essayer de faire une rétrospective de ces deux missions.

 

C'est ce qu'a fait la célèbre revue Astrobiology Magazine dont je vous parle souvent, et dont je me permets de retranscrire en français quelques extraits ci après sous forme de question-réponse.

 

Q : Quelle est la situation actuelle des deux rovers?

R : Les pannes mécaniques peuvent être circonscrites facilement comme une roue de bloquée par exemple

 

Il y a aussi quelques petits problèmes d'électronique, mais la limite c'est la poussière sur les panneaux solaires.

Les rovers sont en plein hiver maintenant, spécialement Spirit et si ils survivent cet hiver on pense les amener au bout de 600 à 700 sols.

 

(photo des traces de Spirit sol 313 par la navcam, on voit parfaitement l'effet de frein que produit la roue située à droite)

 

 

Q : Qu'a t-on appris d'Opportunity?

R : On s'attendait à une plaine riche en hématite, et c'est ce qu'Opportunity a confirmé. Une surprise a été la grande concentration de sulfate de Magnésium, près de 40% en certains endroits, cela est lié à la présence d'eau.

 

Q : Mais quelle quantité d'eau?

R : Les rapports de concentration entre le Brome et le Chlore dans les couches sédimentaires, implique un écoulement d'eau puis une évaporation. Comme pour la Mer Morte sur notre Terre.

 

Q : Quel est le type de géologie rencontrée par Opportunity?

R : C'est de la stratification entrecroisée (cross bedding en anglais), due à l'écoulement d'eau qui a creusé ces couches inclinées et qui ne sont pas forcément parallèles entre elles.

 

Q : Mais quand a bien couler cette eau?

R : On ne peut pas donner d'age absolu, et il n'y a pas de possibilité de déterminer des cycles annuels. Afin de pouvoir donner une valeur absolue, il faut absolument ramener un échantillon.

 

(On voit ici une photo prise par Opportunity sur les flancs du cratère Endurance sol 288.)

 

 

 

 

Q : Et les fameuses myrtilles (Blueberries)?

R : Ce sont des concrétions crées dans une sorte de saumure (brine en anglais) à partir d'un noyau (comme une perle) et qui progressivement s'agglutine en forme de petite bille.

 

Q : Et maintenant au niveau de Gusev (Spirit) ?

R : C'est un champ de laves basaltiques réduit en poussières et balayé par les vents.

Les roches sont plus douces et sans différentes couches. Des blocs de basalte, riches en olivine et qui sont facilement décomposés si l'eau est présente. C'est un indice que l'eau n'a pas été aussi présente dans Gusev que sur Meridiani Planum, là où est Opportunity.

 

Q : La plaine est elle similaire aux collines (Columbia Hills)?

R : Les collines sont plus anciennes que la plaine. Une surprise a été que le sol basaltique change brusquement lorsqu'on aborde les collines.

 

Q : A-t-on trouvé de l'hématite dans Gusev?

R : Non pas dans la plaine, qui est un champ de laves. Mais près des collines et particulièrement à l'endroit baptisé "pot of gold", on en a trouvé.

 

Q : Qu'a montré le creusement de tranchées à Gusev?

R : Près des Columbia Hills une tranchée a montré que 5cm en dessous de la couche de basalte il y avait une couche riche en sulfate de Magnésium (appelé "Epsom salt" par nos amis anglo-saxons, ou sels d'Epsom ou sel d'Angleterre). Contrairement au site d'Opportunity, où l'eau a certainement coulé, cette couche de sulfate de Mg a probablement été créée par l'action de ruissellement des couches supérieures due à la capillarité, puis l'eau s'est évaporée. Gusev a peut être été "humide" à une certaine époque de son existence mais pas "inondée" comme Meridiani Planum.

 

Q : Quelles évidences confirment la présence d'eau sur Mars?

R : Déjà dans la chimie des sites d'atterrissages : de l'hématite, des sels, des évaporats de chlore dans des couches plus profondes que celles avec du Brome, tout ceci colle avec ce que l'on remarque par exemple dans la Mer Morte. Cela se passe ainsi car le chlore est moins soluble que le Brome et durant l'évaporation, le Br se dépose le dernier, donc sur le dessus.

Ensuite la géologie montre ces couches croisées, ces concrétions et les couches sédimentaires. Les nouvelles découvertes de craquelures polygonales sont aussi une autre preuve qui indiquent un cycle de gel et dégel (freeze-thaw en anglais).

 

Bon courage Spirit et Opportunity, continuez votre travail!!!

 

 

 

 

Comme toujours, les meilleures photos sont classées dans le planetary photojournal que vous pouvez retrouver à tout instant:

http://photojournal.jpl.nasa.gov/targetFamily/Mars

 

 

 

 

 

chickens_up.gif

 

 

 

MARS EXPRESS LE CRATÈRE HALE

(Photos et graphiques : ESA)

 

Nouvelles images diffusées par l'ESA avec la caméra haute résolution.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

photo du cratère Hale (celui de Hale-Bopp je pense) dans le bassin Argyre de l'hémisphère sud de Mars.

 

 

J'ai trouvé un site qui vous présente une partie de ce cratère Hale en 3D où l'on voit les fameuses ravines. (gullies en anglais)

 

 

Anaglypheurs mes frères, allez voir sur ce même site la page des anaglyphes dont beaucoup de Mars, je vous suggère un long détour par les pages spéciales sur Spirit et Opportunity en 3D, vous ne le regretterez pas!

 

 

 

 

 

 

chickens_up.gif

 

 

 

 

 

 

TERRE : ATACAMA VU DE L'ESPACE

 

Pour les non initiés, l'Atacama c'est l'endroit où le télescope européen l'ESO a été construit; il est situé dans ce désert chilien au Paranal ou Cerro Paranal sur un plateau à 2400m d'altitude (Merci à notre ami Emmanuel Jehin en poste à l'ESO au Paranal d'avoir remarqué ma confusion avec La Silla autre observatoire de l'ESO mais beaucoup plus au Sud).

Ce site a été choisi par les européens car c'est l'endroit du monde le plus sec (à part l'antarctique) et où il fait beau 99% du temps.

 

Le satellite Envisat de l'ESA a photographié de son orbite ce site extraordinaire.

On regarde toujours les photos de Mars et de Saturne mais cela vaut le coup de voir aussi notre bonne vieille terre

Allez donc voir cette image à l'ESA avec moult détails, c'est surprenant, certains endroits ressemblent aux photos de Mars.

 

 

Bravo si vous arrivez à repérer le site de l'ESO.

Emmanuel Jehin nous fait parvenir une carte dont j'extrait une partie pour vous situer Paranal au Sud d'Antofagasta là où est marqué 131. À vous de voir si vous le repérez sur la photo.

voici aussi d'Emmanuel un rapport de visite à Paranal un peu ancien mais qui vous donnera une idée du site.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

chickens_up.gif

 

 

 

 

 

 

PROXIMA : UNE NAINE ROUGE AVEC CARACTÈRE!

(Photos Chandra et XMM)

 

Les observatoires spatiaux Chandra et XMM se sont intéressés à Proxima du Centaure, l'étoile voisine du soleil située à 4 al de nous; et ils ont trouvé que cette étoile qui est comme la majorité des étoiles une naine rouge(red dwarf en anglais) a une surface en ébullition. Des explosions et des jets surviennent continuellement, dû au fait que Proxima ayant une masse faible (1/10 du soleil) et que dans le noyau de telles étoiles les réactions nucléaires sont plus lentes ce qui créent des mouvements de convection interne.

Ces mouvements se relâchent de temps en temps en émettant des jets de particules dans la haute atmosphère de l'étoile. (identique à ce qui se produit avec les éruptions solaires).

Ce genre d'étoile (10 à 50% de la masse solaire) ont en conséquence aussi une durée de vie plus longue que notre soleil (plus la masse de l'étoile est faible, plus sa durée de vie est longue).

 

Voir aussi toutes les images de Chandra.

 

Vous voulez préparer une présentation Power Point en astro, pas de problème, Chandra vous aide, voici une liste de toutes les images PP mises à votre disposition que vous pouvez copier en jpeg. Génial!

 

Un exemple d'une vue des différents télescopes spatiaux en fonction de leurs gammes d'ondes.

 

 

 

 

chickens_up.gif

 

 

 

 

 

 

DVD CONSEILLÉS : TOUS SUR ORBITE 2 DVD INDISPENSABLES

 

L'intérêt réside dans le fait que ce sont des DVD, donc on peut accéder immédiatement aux séquences désirées (ce n'était pas le cas en VHS) un grand lexique avec adresse des différents thèmes est livré avec.

 

C'est indispensable à ceux qui veulent comprendre simplement tous les mouvements de l'univers.

C'est très clair et très didactique, même à la portée des enfants.

Un superbe cadeau de Noël, ne vous en privez pas et n'en privez pas vos enfants.

 

CI JOINT LA CRITIQUE DE NOS AMIS DE CIEL ET ESPACE (OÙ VOUS POUVEZ LE TROUVER AUSSI)

 

Coffret 2 DVD.
Durée : 6 h 40. De nombreuses images en 3D

La nouvelle édition de la célèbre série propose une réactualisation des données scientifiques, une interactivité améliorée et une version trilingue (français, anglais, allemand).

Pourquoi la Terre tourne-t-elle ? Pourquoi fait-il froid en hiver alors que c’est la période où nous passons le plus près du Soleil ? Dans l’hémisphère Sud, pourquoi nos amis australiens ne tombent-ils pas dans le vide ? Ce parcours dans le Système solaire, véritable programme encyclopédique, nous fait découvrir la grandeur, la beauté, la simplicité de faits qui semblent parfois lointains ou incompréhensibles.

Chaque DVD présente deux saisons "du voyage" de notre planète Terre :

1 - Hiver (janvier à mars) :
- Le voyage commence
- Comment voyager dans le Système solaire
- La Lune nous accompagne
- La pleine Lune
- La rotation de la Terre
- Copernic et Kepler changent notre vision du monde
- La gravitation
- Les étoiles qui nous cernent et nous concernent
- Le calendrier
- Lune décroissante et éclipse solaire
- Éclipses et occultations

2 - Printemps (mars à juin) :
- L'équinoxe de Printemps
- Le Terre perturbe le calendrier de printemps
- D'où viennent les comètes ?
- Aventures de comètes et clair de Terre
- Les astéroïdes
- Soleil, Terre, climat : un fragile équilibre
- Planètes extérieures
- Comment voir les mouvements de la Terre
- Jupiter et ses satellites
- Mercure et Mars
- Vénus et Jupiter
- Aux confins du Système solaire
- La profusion des mouvements

3 - Été (juin à septembre) :
- Solstice d'été
- Nuits blanches et taches solaires
- La Terre au plus loin du Soleil
- Vénus
- Coucher de Soleil au bord de la mer
- Canicule et effet de serre
- La Terre dans l'immensité galactique
- La première photo de la Terre
- La semaine des étoiles filantes
- Jupiter et ses compagnons
- Mesurer le temps et le ciel
- Éclipse du Soleil et grand tour planétaire
- Grand tour planétaire avec la Lune
- Éclipse de la Lune et bientôt l'équinoxe

4 - Automne (septembre à décembre) :
- Équinoxe d'automne et grandes marées
- Mouvements et gravitation
- Fantaisies lunaires
- Rendez-vous vagabonds
- Jupiter et fin de l'heure d'été
- Le temps manipulé et conjonction Vénus-Mars
- Prenez vos repères !
- Saturne
- Des traces de vie extraterrestre
- La Terre avance, les étoiles glissent
- Des astres sous influences mutuelles
- Suivez la course de la Terre
- Solstice d'hiver
- Les "étoiles" de Noël

Prix : 25,00 €


 

 

 

 

chickens_up.gif

 

C'est tout pour aujourd'hui!!

 

Bon ciel à tous!

 

JEAN PIERRE MARTIN

 

 

Astronews précédentes : ICI