LES ASTRONEWS de planetastronomy.com:
Mise à jour : 30 Août 2009      
 
Conférences et Événements : Calendrier   .............. Rapport et CR
Astronews précédentes : ICI        dossiers à télécharger par ftp : ICI
ARCHIVES DES ASTRONEWS : clic sur le sujet désiré :
Astrophysique/cosmologie ; Spécial Mars ; Terre/Lune ; Système solaire ; Astronautique/conq spatiale ; 3D/divers ; Histoire astro /Instruments ; Observations ; Soleil ; Étoiles/Galaxies ; Livres/Magazines ; Jeunes /Scolaires
 
Sommaire de ce numéro :  
L'Univers Invisible : CR du séminaire de Juillet 2009 à l'UNESCO, j'ai terminé tous les CR, les derniers: (30/08/2009)
Pier-Stefano CORASANITI  : Évidences observationnelles de l'énergie noire, CR conf. du 8 Juillet 2009 (30/08/2009)
Jean-Michel Alimi : L'énergie noire, le mystère du XXIème siècle, CR conf. du 8 Juillet 2009 (30/08/2009)
Gilles COHEN-TANNOUDJI : Une nouvelle révolution scientifique à l'horizon? CR conf. du 8 Juillet 2009 (30/08/2009)
Etienne KLEIN : Du "noir" en physique, CR conf. du 9 Juillet 2009 (30/08/2009)
Cédric DEFFAYET : Les dimensions cachées de l'Univers, CR conf. du 9 Juillet 2009 (30/08/2009)
Spitzer :.Une nouvelle carrière en perspective. (30/08/2009)
Supernovae : Les plus lointaines jamais trouvées. (30/08/2009)
La nébuleuse Trifide : Une nouvelle vue par l'ESO. (30/08/2009)
La matière noire : Clairement expliquée par Alain Bouquet. (30/08/2009)
Jupiter : De nouveau touchée! (30/08/2009)
Ares I : Elle commence à s'assembler. (30/08/2009)
Vu d'en haut :.Les feux de Grèce vus de l'espace. (30/08/2009)
Apollo : Des vues en super cinémascope! (30/08/2009)
Les premières étoiles : 600 millions d'années après le Big Bang. (30/08/2009)
Exoplanètes : La première extra galactique? (30/08/2009)
Venus-Express : Y-a-t-il eu une tectonique des plaques? (30/08/2009)
Les rovers martiens.:.Spirit passe les 2000 sols sur Mars! (30/08/2009)
Les rovers martiens.:.La météorite d'Opportunity vue de près. (30/08/2009)
Un site Internet à découvrir :.Neopodia. (30/08/2009)
Un site Internet à découvrir :.Astropaca.net Pour nos amis du Sud Est. (30/08/2009)
Photos d'amateurs :. L'ISS et la navette vue par Thierry Legault (30/08/2009)
Livre conseillé :.Une histoire illustrée de la mesure du temps chez Vuibert. (30/08/2009)
Les magazines conseillés :.Ciel et Espace de Septembre est paru. (30/08/2009)
 
 
 
 
SPITZER : UNE NOUVELLE CARRIÈRE EN PERSPECTIVE. (30/08/2009)
 
La carrière du télescope spatial en IR Spitzer aurait pu s'arrêter là; en effet il vient (5 ans et demi après son lancement) de tomber en panne de liquide de refroidissement (hélium superfluide du cryostat), il se réchauffe donc; mais c'est mal connaître nos amis Américains; ils vont quand même l'utiliser en mode "dégradé". Il est maintenant à 30K au lieu de 1,4K pour certains instruments.
 
De nouvelles vues ont été prises avec des instruments qui fonctionnent quand même à cette température (les longueurs d'onde IR les plus courtes), et on peut voir que Spitzer reste un instrument puissant pour les astronomes.
 
Voici un exemple de ces nouvelles images chaudes (nos amis américains les appellent les "warm images") prises par Spitzer en Juillet 2009.
 
À gauche la région DR22 du Cygne, immense nuage où a lieu la formation de nombreuses étoiles. Spitzer traverse ces nuages pour nous révéler ces étoiles en devenir.
Dans le coin supérieur droit, la galaxie NGC 4145 est un exemple typique de galaxie spirale située à 68 millions d'années lumière de nous.
Dans le coin inférieur droit, c'est la nébuleuse planétaire NGC 4361 que nous voyons, une étoile qui se meurt. Les couches résultant de son explosion s'étendent curieusement dans 4 directions.
 
 
 
La conclusion des experts du Caltech (qui manage la mission) est que Spitzer est encore en forme et peut être un outil utile pour les astronomes.
 
Depuis son lancement le 25 Août 2003, Spitzer a participé à de nombreuses découvertes :
·         Disques de planètes en formation autour d'étoiles
·         Composition de la matière formant les comètes
·         Les trous noirs cachés
·         Des galaxies situées à des milliards d'années lumière
·         Des exoplanètes dont il pouvait déterminer l'atmosphère
·         Etc…
 
Souhaitons bonne chance à notre "Warm Spitzer" pour une nouvelle carrière astronomique.
 
 
 
La mission de Spitzer en résumé.
 
 
 
 
chickens_up.gif
 
SUPERNOVAE : LES PLUS LOINTAINES JAMAIS TROUVÉES. (30/08/2009)
 
 
Les scientifiques de l'Université Californienne d'Irvine menés par Jeff Cooke, ont découvert deux supernovae les plus lointaines jamais détectées.
Elles sont à 11 milliards d'années lumière, les plus lointaines auparavant étaient "âgées" de "seulement" 6 milliards d'années.
 
Pour effectuer ces mesures ils ont utilisé une nouvelle technique.
Quand une étoile très massive (plus de 10 masses solaires) arrive en fin de vie et qu'elle a épuisé son carburant (Hydrogène), elle s'effondre sur elle même avant d'exploser et de répandre dans l'espace de la matière qui vont donner naissance à d'autres générations d'étoiles. C'est une supernova.
 
Cooke et ses collègues ont en fait étudié des étoiles beaucoup plus massives (50 à 100 masses solaires), elles éjectent une partie de leur matière avant de mourir, et quand finalement elles explosent, la matière qui avait été préalablement éjectée devient lumineuse pendant des années.
 
Les astronomes recherchent des SN en comparant des images du même coin du ciel à des époques différentes, tout changement de luminosité peut indiquer une SN.
 
Cooke étudia ainsi des photos du même endroit du ciel sur plusieurs années, et les superposa, ce qui permit de voir des objets de plus en plus faibles. (procédé bien connu de nos amateurs astrophotographes quand ils empilent des centaines de photos identiques pour avoir plus d'information).
 
cette image représente la galaxie hôte d'une des SN trouvées par J Cooke et son équipe au CFHT.
En comparant ces images à différentes époques, on remarque que la galaxie devient plus lumineuse en 2004 puis revient à la normale.
On suppose qu'en 2003 la SN n'a pas été détectée mais elle le fut seulement en 2004 avant que son rayonnement ne disparaisse.
L'image de droite montre la lumière de la SN seule en retranchant la luminosité de la galaxie. Crédit: Jeff Cooke/CFHT
 
 
Il fit cela avec les images du CFHT à Hawaï; et il trouva quatre objets qui étaient des Supernovae, puis il se tourna vers le Keck voisin pour confirmer ses découvertes.
 
Cooke et ses collègues ont aussi découvert l'année dernière, un amas de galaxies très lointain : 11,4 milliards d'années lumière, qui était dans sa phase de formation. (amas baptisé LBG-2377).
 
 
 
chickens_up.gif
 
LA NÉBULEUSE TRIFIDE : UNE NOUVELLE VUE PAR L'ESO. (30/08/2009)
 
 
Notre observatoire austral, l'ESO au Chili, vient de publier une nouvelle image de la célèbre nébuleuse Trifide (M20, son nom Trifide vient de John Herschel fils de William) dans le Sagittaire, que nous devrions tous connaître car découverte par le célèbre et malchanceux Guillaume Joseph Hyacinthe Jean-Baptiste Le Gentil de la Galaisière en 1750; elle fut redécouverte par Charles Messier en 1764.
 
C'est une grande région de formation d'étoiles, très connue pour sa forme particulière, avec trois énormes filaments de poussières au centre. Elle est située à quelques milliers d'années lumière de nous.
 
 
Cette nébuleuse correspond au premier stade d'évolution des étoiles.
 
 
Image prise par le télescope de 2,2m à La Silla au Chili dans le visible.
 
La zone bleue située en haute à gauche, est une nébuleuse par réflexion, la poussière diffuse la lumière de nouvelles étoiles comme le ciel de notre atmosphère apparaît bleu.
En dessous, c'est un exemple typique de nébuleuse d'émission en rouge/rose; le gaz situé au centre de la nébuleuse est chauffé par des centaines de nouvelles étoiles et brille dans le rouge, signature indélébile de l'Hydrogène ionisé HII ou H-alpha (l'hydrogène atomique neutre est noté HI, l'hydrogène moléculaire est noté H2)
 
On remarquera dans la partie inférieure de l'image, un "doigt" qui pointe vers le centre de M20, c'est un bon exemple d'un globule qui s'évapore (en anglais un EGG: Evaporating Gaseaous Globule), c'est une condensation de matière interstellaire.
 
 
 
Ces globules ont été magnifiquement illustrés par Hubble.
 
 
L'ESO propose aussi quelques vidéos de cette nébuleuse.
 
 
Voir cette APOD sur la nébuleuse Trifide.
 
 
EGG et proplyd sur ce site.
 
 
 
chickens_up.gif
 
 
LA MATIÈRE NOIRE : CLAIREMENT EXPLIQUÉE PAR ALAIN BOUQUET. (30/08/2009)
 
 
Notre ami Alain Bouquet, astrophysicien de l'APC, grand spécialiste de matière et énergie noires devant l'Éternel, nous propose trois petites vidéos sur le mystère de la matière noire, sur le site de neopodia.
 
Ces explications sont particulièrement claires et simples et peuvent être entendues par le plus grand nombre, aussi je vous suggère de vous connecter à ce site.
 
 
 
Première partie : La masse cachée de l'Univers.
Le cosmos nous cache quelque chose! 90% de la masse de l'Univers demeure invisible, indétectable.
 
Deuxième partie : Localiser l'invisible.
Par définition, la matière noire n'émet pas de lumière et n'est donc pas détectable. Dans ces conditions, comment la situer dans l'univers?
 
Troisième partie : Quelle composition?
De quoi est constituée cette énigmatique matière qui est à la fois invisible et omniprésente dans l'univers? Faut-il chercher dans l'infiniment grand ou l'infiniment petit?
 
Signalons qu'Alain Bouquet est l'auteur du livre : "Matière sombre et énergie noire" (éd. Dunod).
 
 
Voir aussi le CR de la conférence d'Alain Bouquet sur "L'énigme de la matière noire".
 
 
chickens_up.gif
 
 
 
JUPITER : DE NOUVEAU TOUCHÉE! (30/08/2009)
 
À peine installée, la nouvelle caméra de Hubble, la WFC-3 (Wide Field Camera 3) a imagé un phénomène rare: Jupiter a été frappée par un astéroïde ou une comète comme ce fut la cas la dernière fois il y a 15 ans avec la comète SL-9.
C'est en effet ce que vient d'annoncer la NASA.
 
C'est lors d'opérations de calibration que les ingénieurs du GSFC ayant en charge le télescope spatial, ont en cette mi-Juillet 2009 été obligés de tourner cette caméra vers Jupiter suite aux nouvelles se propageant sur le Net : quelque chose a frappé Jupiter.
 
 
Il n'était pas trop tard et Hubble pu enregistrer l'impact et diffuser l'information au monde.
 
La première image a été prise le 23 Juillet 2009, on y voit clairement les traces de l'impact.
 
On ne sait pas encore s'il s'agit d'une comète ou d'un astéroïde.
 
On pense que la taille du corps impacteur est de plusieurs centaines de mètres.
 
C'est A Wesley un astronome amateur australien qui le premier a vu cet impact et a donné l'alerte, c'était le 19 Juillet.
 
 
 
Heureusement que Hubble venait juste d'entrer en service grâce à la mission de maintenance dont nous avons déjà parlé.
 
Signalons que nous avons beaucoup de chance d'avoir une si grosse planète (une si grosse masse) près de nous, c'est elle qui attire préférentiellement les objets divers mal intentionnés qui traînent dans le système solaire; alors ….merci Jupiter!
 
 
 
 
chickens_up.gif
 
ARES I : ELLE COMMENCE À S'ASSEMBLER. (30/08/2009)
(crédit photo : NASA/ Dimitri Gerondidakis)
 
Le nouveau programme lunaire américain (le programme Constellation) prévoit la construction de deux fusées pour remplacer la Saturn V des missions Apollo, une fusée Ares I pour transporter la super capsule Apollo (appelée Orion) et la fusée Ares V pour transporter le nouveau module lunaire (appelé Altaïr).
 
La fusée Ares I est en train de se construire dans le VAB de Cape Kennedy, la NASA diffuse les premières images de ce montage.
 
 
Le premier vol de Ares I est prévu pour le 31 Octobre 2009 du mythique Pad 39B.
 
D'autres vues de cette fusée dans le VAB sont disponibles sur le site du KSC.
 
Le site du programme Constellation.
 
Vues éclatées de Ares I et V.
 
 
 
 
 
chickens_up.gif
 
 
VU D'EN HAUT :.LES FEUX DE GRÈCE VUS DE L'ESPACE. (30/08/2009)
(crédit photo : ESA)
 
Cette fin Août 2009 est marquée en Europe par les gigantesques feux en Grèce dans la région d'Athènes.
 
Plusieurs dizaines de personnes ont déjà trouvé la mort à cause de cette catastrophe.
 
 
 
Le satellite ENVISAT de l'ESA avec sa caméra MERIS (Medium Resolution Imaging Spectrometer) a surpris cet instantané des feux au dessus de la Grèce le 22 Août 2009.
 
 
Les feux sont situés au Nord d'Athènes et la fumée se déplace au dessus de la capitale grecque.
 
On peut voir la carte des feux en Grèce de 2007 sur ce site.
2007 a aussi été une année terrible pour la Grèce.
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
chickens_up.gif
 
 
APOLLO : DES VUES EN SUPER CINÉMASCOPE! (30/08/2009)
(crédit : NASA/ Gigapan)
 
Je suis sûr que vous commencez à en avoir assez avec les commémorations des missions Apollo, et bien ce n'est pas fini; la NASA et la société Gigapan viennent de collaborer à la réalisation de photos panoramiques haute définition et zoomables des missions lunaires Apollo 16 et 17, celles qui ont pris des panoramas.
 
 
 
 
Une image assez extraordinaire à voir absolument : le dernier panorama (avec son!) d'Apollo 17, avec la souris vous pouvez choisir l'angle de vue.
 
 
 
Voir aussi pour toutes les missions Apollo ces images et panoramas avec sons : http://www.panoramas.dk/moon/mission-apollo.html
 
 
 
 
 
 
Maintenant si vous vous intéressez au premier vol lunaire, Apollo 11, la NASA met en ligne une animation flash assez extraordinaire, vous vous baladez sur la Lune avec la souris et vous pouvez voir ce que les astronautes ont vu pendant leurs marches lunaires.
 
 
 
 
 
chickens_up.gif
 
 
LES PREMIÈRES ÉTOILES : 600 MILLIONS D'ANNÉES APRÈS LE BIG BANG. (30/08/2009)
(crédit image : © GROND/MPE)
 
Le CNRS, l'ESO et la NASA communiquent cette information assez extraordinaire : on vient de découvrir l'astre le plus lointain, il serait situé à seulement 600 millions d'années après le Big Bang.
 
Depuis quelques années les astrophysiciens espéraient découvrir des explosions d'étoiles massives dans l'Univers très jeune (entre 400 et 700 millions d'années). Cette période de la vie de notre Univers est particulièrement intéressante car elle correspond à la formation des premières étoiles et galaxies qui ont illuminé le cosmos après une longue période d'âges sombres.
 
De telles explosions, appelées "sursauts gamma" (GRB en anglais), se produisent lorsque le cœur d'une étoile de plus de 20 masses solaires s'effondre en un trou noir qui avale les parties centrales de l'étoile en quelques secondes et expulse un jet de matière à des vitesses proches de celle de la lumière .
Les sursauts gamma sont composés de deux phases : un éclair intense de rayons X et gamma produit au moment même de l’explosion (qui ne traverse pas l’atmosphère terrestre) et une émission résiduelle dans tout le spectre électromagnétique produite par le choc du jet de matière sur le milieu interstellaire.
 
Les sursauts gamma sont observés régulièrement par le satellite Swift de la NASA qui alerte les observatoires au sol qui peuvent ainsi étudier l'émission résiduelle pour mesurer la distance et l'énergie de l'explosion et trouver la galaxie dans laquelle celle-ci s'est produite. La luminosité extrême des sursauts gamma permet de les détecter jusque dans les régions les plus reculées de l'Univers.
 
Le 23 avril 2009 à 7h55 le satellite Swift de la NASA a détecté un éclair de rayons gamma d'une durée de 10 secondes qu'il a rapidement localisé. Cet événement a été baptisé GRB 090423, (GRB pour "Gamma-Ray Burst") suivi de la date à laquelle le sursaut a été détecté. En même temps qu'il tournait pour orienter ses télescopes visibles et à rayons X en direction du sursaut, plusieurs télescopes faisaient de même sur la Terre. Dans les minutes qui ont suivi l'alerte le sursaut était observé par divers télescopes qui ont fourni des résultats étonnants : les télescopes équipés de caméras visibles ne détectaient aucune trace de l'explosion tandis que ceux qui étaient équipés de caméras infrarouges, comme le télescope anglais UKIRT et le télescope Gemini à Hawaii, détectaient une nouvelle étoile plutôt brillante.
 
 
 
Rapidement les astronomes ont compris qu'il pouvait s'agir d'une explosion extrêmement distante dont la lumière avait été décalée vers le rouge par l'expansion de l'Univers. Une dizaine d’heures après le sursaut gamma plusieurs observations couvrant simultanément les deux domaines visibles et infrarouge (spectres obtenus au télescope italien TNG des îles Canaries et au Very Large Telescope de l'ESO et observations photométriques réalisées avec le télescope allemand GROND – voir figure ) ont pleinement confirmé cette hypothèse audacieuse.
Explication de cette photo: rangée du dessus : de g à d les 7 bandes spectrales d'absorption (g'r'i'z'JHK) de la rémanence du GRB 090423 observée avec GROND.
Graphe inférieur : distribution spectrale de l'énergie de g à K  (les points rouges) et courbe estimée de cette distribution pour un objet de z=8.
 
 
Ces mesures ont révélé une explosion ayant eu lieu lorsque l'Univers avait seulement 4% de son âge actuel (soit 630 millions d'années, ce qui correspond à un décalage vers le rouge z = 8,1).
 
Les auteurs de ces observations venaient d'identifier l'astre le plus lointain jamais observé par l'homme, une explosion stellaire tellement lumineuse qu'elle a pu être détectée après que la lumière ait voyagé pendant 13 milliards d'années.
 
Cette découverte, à laquelle est associé Olivier Godet un chercheur post-doctoral de l'Observatoire Midi-Pyrénées (INSU-CNRS, Université Paul Sabatier), tombe comme une excellente nouvelle après le colloque de prospective du CNES qui vient d'officialiser l'engagement du projet du projet Sino-Français SVOM dont l’un des objectifs est précisément la détection et l'étude des sursauts gamma les plus lointains de l'Univers.
La mission SVOM, prévue pour un lancement en 2014, permettra de systématiser la détection de ces événements grâce à une combinaison instrumentale unique qui inclut des détecteurs de rayons gamma dans l'espace, un système de diffusion rapide (quelques dizaines de secondes) des alertes vers la Terre, et des télescopes terrestres équipés de caméras infrarouges.
 
Les chercheurs de l'Observatoire Midi-Pyrénées, qui ont une longue tradition d'étude de l'Univers jeune et de l'Univers à haute énergie, jouent un rôle de premier plan dans le projet SVOM.
Le Centre d'Etude Spatiale des Rayonnements (CESR : INSU-CNRS, Université Paul Sabatier) fournira le détecteur de rayons gamma du télescope ECLAIRs, le dispositif embarqué sur le satellite de détection et d’alerte des sursauts gamma réalisé sous la maîtrise d’œuvre du CEA-IRFU à Saclay, tandis que le Laboratoire d'Astrophysique de Toulouse-Tarbes (LATT : INSU-CNRS, Université Paul Sabatier) prépare un télescope terrestre équipé d'une caméra infrarouge. 
Sont également impliqués dans ce projet : le Laboratoire d'Astronomie de Marseille (LAM : INSU-CNRS, Université Aix-Marseille I, Observatoire Astronomique de Marseille Provence), l'Observatoire de Haute Provence (INSU-CNRS, Observatoire Astronomique de Marseille Provence), l'Institut d'Astrophysique de Paris (INSU-CNRS, Université de Paris 6). Les perspectives ouvertes par la détection de GRB 090423 sont immenses puisque les astronomes savent maintenant qu'ils ont les moyens d'étudier les premières générations d'étoiles et que celles-ci, lorsqu'elles explosent, deviennent pour quelques heures des "phares" puissants qui éclairent une période inexplorée de l'histoire de notre Univers : celle de la formation des premiers astres lumineux.
 
 
POUR ALLER (VRAIMENT) PLUS LOIN :
 
Communiqué de presse du CfA Harvard.
 
Article correspondant dans le magazine Sky and Telescope.
 
Mise en service du télescope GROND à La Silla.
 
Le site de GROND au MPE
 
Article du MPE sur ce GRB.
 
Une vidéo intéressante sur YouTube.
 
Article sur ce GRB par Science at Nasa avec animation et l'APOD correspondant.
 
 
 
chickens_up.gif
 
 
EXOPLANÈTES : LA PREMIÈRE EXTRA GALACTIQUE? (30/08/2009)
 
Les planètes extra solaires, c'est assez banal, on en a déjà découvert plusieurs centaines, mais celle-là est différente.
 
En effet, aurait-on découvert une planète extra solaire en dehors de notre Galaxie?
 
C'est ce que semble croire un groupe d'astronomes Italiens dirigée par Gabrielle Ingrosso de l'INFN (Institut National de Physique Nucléaire) et du département de Physique de l'Université de Salento en Italie (dans les Pouilles, le talon de la botte italienne).
 
Ils ont employé une technique appelée Pixel lensing ou gravitational micro lensing (micro lentilles gravitationnelles); qui leur ont permis de découvrir une planète orbitant une étoile dans la galaxie voisine d'Andromède M31.
Ce corps posséderait une masse égale à 6 fois celle de Jupiter, cela pourrait donc être une naine brune ou une grosse planète, type Jupiter chaud.
 
On a déjà découvert 8 exoplanète dans notre Galaxie par cette méthode et c'est un exploit assez extraordinaire de détecter un objet de cette taille dans une autre galaxie.
 
Cette technique de micro lentilles a été en fait mise au point pour détecter d'éventuels objets MACHOS (MAssive Compact Halo Objects) dans le halo galactique de notre Voie Lactée, en effet cet effet amplifie (comme une vraie lentille) la lumière d'objets lointains situés derrière une masse importante (amas d'étoiles etc..) et qui ne seraient pas détectables sans cela.
 
Les astronomes Italiens utilisèrent cette méthode pour voir s'il serait possible de détecter des planètes dans d'autres galaxies, la première galaxie étudiée est la plus proche bien sûr, c'est à dire M31 située à près de 2,5 millions d'années lumière de nous.
 
Et là, bingo! Ils semblent en effet avoir mis en évidence la présence d'une telle planète.
 
Mais l'inconvénient des micro lentilles, c'est que c'est un phénomène éphémère (passage d'une étoile mouvante derrière une grande masse, aussi mouvante), il faudrait donc renouveler l'expérience pour confirmer cette découverte.
 
Nos amis Italiens publient leur découverte sur le Net et c'est disponible pour tout le monde dans ce rapport pdf.
 
Voici le genre de courbe relevée par l'équipe italienne qui leur indique la présence d'une planète autour de cette étoile très lointaine.
 
Pour plus de détails consulter leur rapport (voir plus haut)
 
 
 
 
 
 
 
 
 
POUR ALLER PLUS LOIN.
 
 
The Galactic Exoplanet Survey Telescope: A Proposed Space-Based Microlensing Survey for Terrestrial Extra-Solar Planets
 
Les lentilles gravitationnelles cosmologiques par Y Mellier IAP-LERMA le 19 Novembre 2005 SAF
 
Introduction to Gravitational Microlensing par Shude Mao  Jodrell Bank Centre for Astrophysics
 
Hubble :.Il voit de ses propres yeux une exoplanète pour la première fois au monde.
 
 
chickens_up.gif
 
 
VENUS EXPRESS : Y A T IL EU UNE TECTONIQUE DES PLAQUES? (30/08/2009)
 
 
La sonde Venus-Express (VEX) a cartographié l'hémisphère Sud de notre planète sœur aux longueur d'onde IR.
Cette carte semble indiquer, aux dires des scientifiques de la mission, que Vénus ressemblait plus à la Terre dans le passé que maintenant, et aurait possédé un système de plaques tectoniques ainsi qu'un océan d'eau.
 
 
Cette carte est fabriquée à partir d'un millier d'images individuelles prises de 60.000km d'altitude (apogée de VEX) entre Mai 2006 et Décembre 2007 par l'instrument VIRTIS.
 
Contrairement aux cartes radar précédentes, cette carte fait ressortir les différences de température.
 
La carte est centrée sur le Pôle Sud et les températures vont de 442°C (715K) en rouge à 422°C (695K) en bleu. Les plus fortes températures correspondent aux altitudes les plus faibles tandis que les plus faibles températures correspondent aux altitudes les plus élevées.
Ces variations de température sont la clé pour savoir si Vénus est volcaniquement active encore aujourd'hui.
 
 
Crédits Carte : ESA/VIRTIS/INAF-IASF/Obs. de Paris-LESIA
 
 
En plus des variations de température, VEX peut aussi mesurer la composition chimique de la surface, l'émission IR dépend de la composition de la roche.
Et justement, ces données portent à croire que certains hauts plateaux de Vénus sont des anciens continents qui étaient entourés d'eau; ils auraient été produits par une activité volcanique passée.
 
En effet les plateaux Phoebe et Alpha Regio semblent différents du reste de la planète.
Ils sont plus vieux et rayonnent moins dans l'infrarouge, ce qui signifie qu'ils sont moins chauds. Sur notre planète c'est une indication que le sous sol serait d'origine volcanique (basalte, granite)
 
 
C'est Nils Müller du Joint Planetary Interior Physics Research Group de l'Université de  Münster et de la DLR Berlin qui a mené ces investigations.
 
 
POUR ALLER PLUS LOIN.
 
Article de Astrobiology Magazine sur le sujet.
 
Article passionnant et détaillé de nos amis Allemands de la DLR sur ces recherches.
 
Landing on Venus: Past and future
 
Tout sur Venus Express sur ce site.
 
 
 
 
 
 
chickens_up.gif
 
 
 
LES ROVERS MARTIENS : SPIRIT PASSE LES 2000 SOLS SUR MARS! (30/08/2009)
(Photos NASA/JPL-Caltech/Cornell)
 
Ce 20 Août 2009, la sonde américaine Spirit vient de passer ses 2000 jours martiens (des sols) sur la planète rouge. Rappelons que ce robot était prévu pour fonctionner seulement 90 jours!
 
(crédit illustration : Astro0 in space)
voir le poster préparé par ce site pour cette célébration.
 
 
 
Elle est malheureusement toujours ensablée près du site de Home Plate.
On continue toujours sur Terre à imaginer tous les scénarios possibles pour la sortir de là.
 
Les conditions locales se sont un peu détériorées, une tempête de sable a recouvert ses panneaux solaires et sa puissance électrique disponible a beaucoup baissée (inférieure à 320 Wh au lieu des presque 1000 Wh nominales).
 
 
Le parcours de Spirit autour de Home Plate.
 
Rapports sur Spirit semaine après semaine.
 
 
 
 
Les meilleures photos sont classées dans le planetary photojournal que vous pouvez retrouver à tout instant:
http://photojournal.jpl.nasa.gov/targetFamily/Mars
 
Où sont les rovers maintenant, cette page de la NASA vous donne la carte précise des chemins et emplacements.
 
Les images en couleur par des amateurs: http://www.lyle.org/~markoff/
Comprendre les couleurs : http://www.highmars.org/niac/education/mer/mer00b.html
Les rapports de mission par Steve Squyres (responsable mission) mis à jour régulièrement. (anglais)
 
Les rapports de mission par la Planetary Society, très complets.
 
Des belles photos (certaines retraitées) des robots martiens par James Canvin.
 
 
 
chickens_up.gif
 
 
 
 
LES ROVERS MARTIENS :.LA MÉTÉORITE D'OPPORTUNITY VUE DE PRÈS. (30/08/2009)
(Photos Image Credit: NASA/JPL-Caltech/Cornell University)
 
Nous parlions la dernière fois de cette étrange "pierre" baptisée Block Island, trouvée par Opportunity sur son chemin vers le cratère Endeavour.
 
Et bien il semble bien que ce soit une superbe météorite ferrique, Opportunity s'en est approché et l'a analysé avec son bras équipé d'un spectromètre X (l'instrument APXS). Elle est bien riche en Fer et Nickel, elle a une dimension de 60cm approximativement, bref une belle bête!
 
 
 
 
Vue en fausse couleur prise par la Pancam à 750nm, 530nm et 430nm. La plus grande dimension fait 60cm.  Credit: NASA/JPL-Caltech/Cornell University
Vue au microscope de la surface de Block Island, prise le 1er Août 2009 (sol 1963). Les triangles (figures de Wildmanstätten) sont caractéristiques des météorites Fe/Ni trouvées sur Terre. Largeur de l'image : 32mm Credit: NASA/JPL-Caltech/Cornell University/USGS
Clic sur chaque image pour avoir la photo HR.
 
Le communiqué de presse de la NASA.
 
 
 
 
Les meilleures photos sont classées dans le planetary photojournal que vous pouvez retrouver à tout instant:
http://photojournal.jpl.nasa.gov/targetFamily/Mars
 
Où sont les rovers maintenant, cette page de la NASA vous donne la carte précise des chemins et emplacements.
 
Les images en couleur par des amateurs: http://www.lyle.org/~markoff/
Comprendre les couleurs : http://www.highmars.org/niac/education/mer/mer00b.html
Les rapports de mission par Steve Squyres (responsable mission) mis à jour régulièrement. (anglais)
 
 
 
chickens_up.gif
 
 
UN SITE INTERNET À DÉCOUVRIR :.NEOPODIA. (30/08/2009)
(ce paragraphe est le vôtre si vous avez un site astro à nous faire connaître, n'hésitez pas à nous contacter)
 
 
Comme vous avez pu le remarquer, je vous ai parlé plus haut d'un site sur lequel il y avait un très beau podcast sur la matière noire, ce site c'est neopodia, voici le communiqué que j'ai reçu à ce sujet.
 
Communiqué
Lancement de neopodia, média numérique du savoir et de la connaissance
neopodia est le média numérique des gens qui bougent ! Librement téléchargeables en tous lieux et en toutes circonstances, les programmes courts de neopodia sont conçus pour une consultation en situation de mobilité.
Quant à la ligne éditoriale de ce nouveau titre de presse, elle ambitionne de placer tous les savoirs à la portée de tous les publics.
Le savoir pour tous. Le bouquet de programmes de neopodia est organisé autour de 4 chaînes : santé-famille, histoire, sciences, environnement. Sa ligne éditoriale est résolument tournée vers le grand public.
Son leitmotiv : poser les questions les plus simples aux spécialistes les plus légitimes (universitaires, chercheurs.).  
 
-          Histoire
Antiquité, moyen-âge, renaissance à empire, XIXe & XXe
 
-          Sciences
Sciences  de l'Univers, de l'homme, du vivant, de la terre
 
-          Environnement
Biodiversité, climats, énergies et ressources, risques et régressions
 
-          Santé-famille
Médecine, nutrition, psychologie-sexualité, grossesses-bébés 
 
Média mobile. Nativement adaptés à tous les médias numériques (web, téléphones mobiles, baladeurs multimédia, flux RSS), les programmes courts de neopodia peuvent être librement téléchargés  et consultés sur  www.neopodia.comwww.neopodia.mobi, iphone.neopodia.com, mais aussi sur Dailymotion©, You Tube©, iTunes©, etc.
 
Podcasts personnalisés. Chaque programme de neopodia est disponible en versions 5, 10 ou 15 mn, au choix, afin de répondre à différentes situations de mobilité. « Nous avons tous, chaque jour, un quart d'heure de trajet en bus à meubler ou 10 minutes à attendre chez le médecin. Pourquoi ne pas profiter de ce laps de temps pour satisfaire sa curiosité et soigner sa culture générale ? Il suffit d'un téléphone mobile ou d'un baladeur multimédia à portée de main », explique Olivier Mégean, co-fondateur de neopodia.
 
Par ailleurs, sur www.neopodia.com, chaque internaute peut se constituer un flux de podcasts personnalisé pour recevoir automatiquement les programmes dont il a envie.
 
A propos de neopodia. www.neopodia.com.
Le site neopodia.com a été lancé en janvier 2009, à l'initiative de Gilles Raillard et d'Olivier Mégean.
Premier magazine mobile du savoir et de la connaissance, neopodia offre un bouquet de programmes audio et vidéo disponibles gratuitement sur le web, les téléphones mobiles, les baladeurs multimédia et sur tous supports numériques permettant de consulter des podcasts. Chaque semaine, de nouveaux programmes alimentent chacune des 4 chaînes. www.neopodia.com permet également de créer et exporter des playlists «sur mesure», de participer à des communautés et de s'abonner gratuitement à des flux RSS personnalisés. 
La version mobile de neopodia est accessible aux adresses suivantes : www.neopodia.mobi et iphone.neopodia.com.
 
Contact: Gilles Raillard, directeur de publication  -  01.40.17.06.49  /  presse@neopodia.com  
Pour plus d'informations, un dossier de présentation en PDF vidéo est disponible sur demande.
 
 
 
 
chickens_up.gif
 
 
 
UN SITE INTERNET À DÉCOUVRIR :.astropaca.net POUR NOS AMIS DU SUD-EST. (30/08/2009)
(ce paragraphe est le vôtre si vous avez un site astro à nous faire connaître, n'hésitez pas à nous contacter)
 
 
Créé à l'occasion de l'Année mondiale de l'Astronomie 2009 (AMA09), le site «www.astropaca.net» a pour ambition de devenir le site de référence concernant les événements, les animations, les expositions…, liés à la découverte de l’astronomie en région Provence-Alpes-Côte d’Azur.
www.astropaca.net a été créé par la coordination régionale de l’AMA09 en région Provence-Alpes-Côte d’Azur avec le soutien de la Région Provence-Alpes-Côte d’Azur et de la Délégation Régionale à la Recherche et à la Technologie.
Il est né de la forte motivation des astronomes professionnels et amateurs de la région qui s’investissent dans de nombreuses activités pour partager avec le plus grand nombre les merveilles de l’Univers et l’avancée de nos connaissances scientifiques dans ce domaine.
 
La région Provence-Alpes-Côte d’Azur est en effet une des régions privilégiée pour l’observation du ciel.
Elle attire depuis de très nombreuses années de grands astronomes.
Aujourd’hui, l’astronomie de la région PACA, avec ses centres de recherche, ses formations universitaires, ses industries de pointe et un grand nombre d’associations est une des plus riches de France.
 
Aussi, compte tenu du très grand nombre d’activités proposées, seul un site web pouvait permettre de présenter au public la richesse et la diversité des animations proposées : expositions, festivals, cycles de conférences, spectacles, salons, soirées d’observation.…
 
Ces manifestations permettent de découvrir de manière ludique les derniers développements de la connaissance en astronomie mais aussi ses métiers, son influence dans la société… C’est aussi l’occasion pour chacun d’observer les merveilles du ciel diurne et nocturne.
 
www.astropaca.net est avant tout un espace où tous les organisateurs d’activités liées à l’astronomie peuvent annoncer leurs manifestations publiques, mais il sera aussi très prochainement un site où les découvertes des astronomes de la région seront présentées de manière simple. www.astropaca.net est donc une invitation au voyage … un voyage à la découverte des mystères de l’Univers.
 
http://www.astropaca.net/
Thierry Botti
Responsable de la communication
Observatoire Astronomique Marseille Provence
Technopole de Château-Gombert
38, rue Frédéric Joliot-Curie F-13388 Marseille cedex 13

Tél. : 04 95 04 41 06 /
e-mail : thierry.botti@oamp.fr
 
 
 
 
chickens_up.gif
 
 
 
PHOTOS D'AMATEUR :.L'ISS ET LA NAVETTE VUES PAR THIERRY LEGAULT. (30/08/2009)
 
 
Je suis presque désolé d'écrire ces quelques lignes dans la rubrique "amateur", car vraiment s'il y en a un qui n'est plus un amateur dans ce domaine c'est notre ami Thierry Legault, mais enfin, comme ce n'est pas son métier, je suis bien obligé de l'inclure dans cette rubrique.
 
 
 
Thierry a réussi une image du transit de la Station Spatiale Internationale (ISS) et de la navette Endeavour prise depuis la France le 26 juillet 2009. ce qui est un exploit car ce genre de transit dure un peu moins d'une seconde.
 
Voici les détails de la photo que l'on peut trouver sur son site. Ce site est absolument à consulter, il contient des merveilles de photos.
 
Lunette Takahashi TOA-150 (diamètre 150mm, focale résultante 3500mm) sur monture allemande EM-400, hélioscope Baader et Canon 5D mark II. Pose de 1/8000s à 100 ISO (RAW).
Les vaisseaux étant trop rapides pour être guettés dans le viseur, une rafale de 16 images (à une cadence de 4 images/s) est lancée "en aveugle" 2 secondes avant l'heure prévue du transit.
 
 
 
 
 
 
 
chickens_up.gif
 
 
LIVRE CONSEILLÉ.:.UNE HISTOIRE ILLUSTRÉE DE LA MESURE DU TEMPS CHEZ VUIBERT. (30/08/2009)
 
Sous titré : De la course du soleil aux horloges atomiques
 
Livre très intéressant surtout avec ses nombreuses illustrations et citations d'époque.
Vous ne perdre pas votre temps en le lisant (pardon pour le jeu de mots).
 
 
L'auteur Jean Jandaly est agrégé de physique  et auteur de manuels d'enseignement.
 
 
Présentation par les éditions Vuibert :
 
Dans notre vie quotidienne il est aujourd'hui difficile de se passer d'une montre ou d'une horloge. Mais que savons-nous vraiment du principe qui gouverne ces "chrono-mètres" ? Sur quoi repose donc leur régularité ?
 
Pour l'expliquer, l'auteur nous invite ici à faire un peu d'histoire, soit finalement... à remonter le temps !
On découvrira l'origine des instruments et des machines que nous ont laissés en héritage des générations de physiciens dont les travaux aboutirent aux antiques cadrans solaires, aux clepsydres puis aux horloges à balancier.
 
À l'heure actuelle, les horloges atomiques varient d'à peine quelques millionièmes de seconde par siècle ! Or, loin d'être vaine, pareille précision à d'innombrables applications, bien au-delà de la simple mesure du temps qui passe. Et, chose plus extraordinaire encore, ce sont des physiciens qui nous ont révélé la pluralité du temps en nous montrant qu'il ne s'écoule pas de la même façon selon la vitesse de déplacement de l'horloge ou la valeur du champ de gravité.
 
 
 
Alors, le temps a-t-il une existence propre ou bien n'est-ce qu'un concept traduisant notre perception subjective du changement dont témoigne notre environnement ?
C'est ainsi qu'on en viendra à s'interroger sur des notions comme la causalité et l'irréversibilité.
 
SOMMAIRE :
 
·        Avant-propos
·        Le temps estimé (de la Préhistoire au XVIe siècle)
o       Le découpage du temps en jours, mois et années
o       Le découpage du jour en heures
o       Épilogue de la première partie
o       Bibliographie de la première partie
·        Le temps mathématisé (le grand oeuvre de Newton)
o       Le temps et la chute du corps
o       Le temps et les pendules oscillants
o       Le temps et le mouvement des planètes
o       Le temps et le "principe de l'inertie"
o       Newton et la mathématisation du temps
o       Épilogue de la deuxième partie
o       Bibliographie de la deuxième partie
·        Le temps mesuré
o       Les horloges de Huygens
o       Nouveaux perfectionnement des horloges et des montres mécaniques du XVIIIe et XXe siècle
o       Les horloges et montres électriques
o       Les horloges atomiques
o       Bilan et perspectives
o       La définition officielle du temps
o       A quoi cela sert-il d'avoir un temps aussi précis ?
o       Épilogue de la troisième partie
·        Le temps relativisé (ou la pluralité des temps)
o       Les "référentiels d'observation"
o       La vitesse de la lumière
o       La synchronisation des horloges
o       La pluralité des temps
o       Le temps dans la théorie de la relativité générale
o       Le temps et la cosmologie
o       Épilogue de la quatrième partie
o       Bibliographie de la quatrième partie
·        Le temps orienté (temps, causalité, irréversibilité)
o       Qu'est ce que le temps ?
o       La représentation linéaire du temps
o       Le déroulement des phénomènes dans le temps
o       Annexe : petite chronologie de l'évolution de la Terre et du vivant
o       Épilogue final
o       Bibliographie de la cinquième partie
 
 
ISBN10 : 2-7117-2493-X     224 pages     20€
 
 
 
 
 
chickens_up.gif
 
 
LES MAGAZINES CONSEILLÉS. CIEL ET ESPACE DE SEPTEMBRE EST PARU. (30/08/2009)
 
 
 
Un des thèmes de cette semaine est la théorie de l'inflation, épisode qui a eu lieu au tout début du Big Bang et qui est essentielle à cette théorie.
Voici l'introduction du magazine sur ce sujet :
 
Le modèle du big bang ne fonctionne pas ! À moins d'y ajouter un épisode incroyable : l'inflation. Imaginé il y a trente ans, ce mécanisme aurait, pendant un bref instant, démesurément accéléré l'expansion de l'Univers... S'il s'impose aujourd'hui comme une béquille indispensable au vieux modèle cosmologique, son origine demeure toutefois mystérieuse... Du coup, certaines voix le dénoncent comme un coup de baguette magique bien illusoire.
 
 
Autre sujet intéressant : une très bonne explication des différents points de Lagrange (qui était Italien d'origine et non pas Français comme dit dans l'article).
 
 
Sommaire du magazine :
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
chickens_up.gif
 
 
 
 
 
Bonne Lecture à tous.
 
 
 
C'est tout pour aujourd'hui!!
 
Bon ciel à tous!
 
JEAN PIERRE MARTIN
Abonnez-vous gratuitement aux astronews du site en envoyant votre e-mail.
 
Astronews précédentes : ICI